Si vous décidez de pousser la porte d’Ataula, vous serez plongé dans un bain de saveurs aux consonances méditerranéennes : l’établissement propose en effet une cuisine orientée vers l’Espagne et la catalogne avec des traditions bien ancrées qui fleurent bon le fait-maison.
C’est à coup de tapas et de tortillas du type mini Rossejat Negre*, un plat typique constitué de noodles poêlées, calamars, poulpe et d’harissa que vous vous remplirez.
On appréciera aussi le jour de notre visite aussi le « house coca bread« , shredded tomato, extra virgin olive oil », simple mais efficace et qui passe toujours bien en début de soirée.
On découvrira aussi le tomaquet, constitué de tomates coeur de boeuf, de pico de gallo, de yaourgt au concombre et de crouton, frais et racé.
La tortilla de patatas était savoureuse mais pas au point de se taper la tête par terre de bonheur.
Les desserts ne nous aurons pas vraiment marqué, on ne se souvient d’ailleurs même plus des intitulés…

Pour conclure, Ataula est un restaurant agréable de quartier, mais on ne comprend pas nécessairement tout le ramdam autour de ce établissement somme toute assez simple. Le service n’était pas réactif et nous regrettons son manque de sharpness.

Si vous êtes dans le quartier, vous passerez un bon moment chez Ataula mais ne faîtes pas le tour de la ville pour vous y rendre, vous serez déçus comme nous l’avons été.